L'Alpe

Jean-Pierre Chambon

Haïkus

Brindilles de thym
et frêle bouquet de marjolaine
entre mes doigts l’odeur
grise et mauve
de la montagne

Halte dans l’herbe tendre
au bord du sentier
mes amis s’esclaffent
un papillon bleu
s’est posé sur mon nez

Dans les éboulis de pierres
mes genoux me font mal
qu’il paraît long le sentier
pour regagner la vallée

Montagne bleue
surmontée d’un long nuage mauve
dans l’eau du ciel
où semble goutte à goutte
verser de l’encre

Procession de sapins
encapuchonnés d’ombre
sous l’aigre lumière filtrée d’un ciel de givre

Ici dans ces montagnes solitaires
seules semblent nous raccorder à la vie
les fines cicatrices de pattes d’oiseaux
égratignant les flancs des dômes de neige

Dans l’encadrement de la fenêtre
la lumière mourante
laisse couler un peu d’or
sur la montagne comme bleuie par le froid
et les grands arbres tristes

Dans le souffle d’un laps de lumière
séparant l’éclipse de deux tunnels
le train laisse entrevoir des ravins
pleins d’ombre et de glace
images subliminales de l’enfer

Vertigineuses falaises lilliputiennes
parcourues de volées
d’escaliers erratiques
et de véloces cordées de fourmis
le long du vieux mur

À l’orée du sommeil
par la pensée flottante
je retourne fidèlement
dormir
sur la paille odorante
de la bergerie solitaire
dans la montagne

 Jean-Pierre Chambon, journaliste et poète.

(pour toute question plus personnelle nécessitant une réponse de la rédaction, merci de cliquer plutôt sur le lien "Contacts" situé dans le bandeau bleu en haut de page).


Pour la France 18.00 
Ajouter au panier

Pour l'Europe 21.00 
Ajouter au panier