L'Alpe

Une presse de résistance



Face à la télécratie ambiante et à la médiocrité médiatique, il y a comme un parfum de résistance dans la presse. Hélas pas du côté de la plupart de nos confrères généralistes qui tentent vainement de compenser leurs audiences en chute libre en lançant un énième (mauvais) quotidien gratuit (Matin Plus, par Le Monde), un énième supplément «  mensuel au quotidien  » qui ne sert à rien (Next par Libération) ou une énième lamentable émission où de «  vrais gens  » sont censés débattre avec des hommes politiques (J’ai une question à vous poser, par TF1). C’est donc vers les médias dit «  de niche  » ou quelques antennes de service public comme France Culture ou Arte qu’il faut se tourner pour trouver encore un journalisme exigeant qui privilégie le savoir, le sens, la connaissance et une véritable hiérarchie de l’information. Sur Internet, bien sûr (encore faut-il savoir arpenter intelligemment cette jungle-là), mais aussi avec ces revues cousines de L’Alpe dont nous vous avons déjà parlé  :

Nautilus, consacré aux hommes et aux océans,
303, la revue des pays de Loire,
Le Festin, qui traite des cultures de l’Aquitaine,
• 50sept, la revue du département de la Moselle,
• notre papa à tous, le Chasse-Marée, dédié au patrimoine maritime,
• ou encore l’ancêtre Jazz Hot, créée il y a 75 ans maintenant !

Bon vent à tous…

Pascal Kober
Rédacteur en chef

PS de l’été 2011. Depuis la première parution de ce billet il y a quatre ans, d’excellentes revues comme Carré Voiles, Chorus et RoadBook ont malheureusement cessé leur parution mais d’autres sont nées : notamment la nouvelle, somptueuse, intelligente, tourneboulante, etc. revue XXI  ; et aussi Gusto, publication bilingue dont nous rêvions depuis longtemps avec André Pitte, le fondateur de L’Alpe, et qui s’attache aux patrimoines gastronomiques de la planète en relation avec l’institut européen d’histoire et des cultures de l’alimentation (université de Tours), Enfin, n’oublions pas le mensuel Regards, créé en 1932 et qui a fait travailler dès son origine de grands noms du photojournalisme comme Henri Cartier-Bresson, Robert Capa ou encore Robert Doisneau.

PS de l’été 2013. Mais dans le même temps, d’autres titres sont apparus qui ne servent qu’à engranger des pages de pub comme le supplément Obsession du Nouvel Observateur ou encore M, le magazine du Monde.



(pour toute question plus personnelle nécessitant une réponse de la rédaction, merci de cliquer plutôt sur le lien "Contacts" situé dans le bandeau bleu en haut de page).