L'Alpe

L’émouvant destin d’Eugénie Goldstern



goldstern.jpgL’exposition consacrée à Eugénie Goldstern (1884-1942), Être ethnologue et juive dans l’Europe alpine des deux guerres, a été conçue par le Musée dauphinois (Grenoble) et le Musée savoisien (Chambéry), où elle est présentée jusqu’au 5 novembre 2007. Native d’Odessa (alors en Russie), fuyant l’antisémitisme avec sa famille, la jeune Eugénie fait sa formation au musée d’ethnographie de Vienne (Autriche) au début du XXe siècle. Ses études de terrain sur les objets et le quotidien des Alpins, en Suisse, dans le val d’Aoste et surtout à Bessans, en Maurienne (où elle passe un hiver en 1913, voir le numéro 31 de L’Alpe), sont d’une grande originalité car il s’agit de la première recherche ethnographique fondée sur « l’observation participante ». Déportée en 1942, elle sera gazée. Cette découverte de l’œuvre d’Eugénie Goldstern s’accompagne d’un catalogue de 130 pages (13 €), tandis que l’ensemble de ses écrits, enfin traduits en français, seront bientôt publiés. Le Musée dauphinois accueillera à son tour cette présentation jusqu’en juin 2008.
Du 31 mai au 5 novembre 2007. France, Savoie, Chambéry.
Tél. : + 33 (0) 479 33 44 48. Site Internet

L’affiche de l’exposition.



(pour toute question plus personnelle nécessitant une réponse de la rédaction, merci de cliquer plutôt sur le lien "Contacts" situé dans le bandeau bleu en haut de page).