L’Alpe 04 : éditorial

En a-ton rêvé de ce numéro sur les villégiatures… Nous imaginions un espace entre parenthèses. La réalité a dépassé nos espoirs les plus fous et a probablement provoqué ce petit retard de livraison par rapport à la date de parution annoncée. Car au-delà du cliché (« Le palace, le ciel bleu, toute la vie, toute la vie… »), les villégiatures alpines recèlent des richesses insoupçonnées : de la grande saga de l’hôtellerie de montagne aux leçons de choses culinaires de l’école de Lausanne en passant par les débats sur l’architecture et l’évidente approche littéraire. Encore, les pages nous ont-elles manqué pour vous dire tant d’autres belles histoires… Clin d’oeil à Robert (Le Petit) qui ne sait rien de la villégiature montagnarde mais qui souligne toutefois l’étymologie du mot : italienne, de villegiatura, aller à la campagne.

Sans transition, cette racine-là nous renvoie à l’avenir de votre revue. Car dès cet automne, L’Alpe aura une petite soeur italienne éditée par Priuli & Verlucca sous la houlette d’Enrico Camanni, rédacteur en chef, et de Daniele Jalla, historien et directeur des musées de la ville de Turin. Deux numéros par an seront ainsi réalisés en commun avec une couverture identique et une réflexion conjointe sur le contenu éditorial qui ne pourra qu’enrichir notre approche des cultures et des patrimoines alpins. Pour nous, il s’agit là de la première concrétisation d’un autre rêve que nous évoquions dès notre premier numéro : considérer la dimension européenne des Alpes. Rendez-vous est donc d’ores et déjà pris pour le numéro 6 dont la thématique tournera autour du troisième millénaire.

Si vous souhaitez réagir à cette information, et pour faire mentir le dicton selon lequel seules les montagnes ne se rencontrent jamais, notez que nous venons par ailleurs de créer AlpiListe, une liste de discussion sur la montagne hébergée sur le site Internet de L’Alpe (voir en page 107). Un média encore trop peu répandu mais qui ouvre bien des perspectives dans le développement des relations entre une revue et ses lecteurs.

Enfin, un petit moment d’autosatisfaction (et, avouons-le, de fierté) pour vous annoncer qu’une médaille de bronze a été décernée à L’Alpe au concours Sappi du meilleur imprimeur européen de l’année. Un prix qui couronne le travail de nos hommes de l’art, maquettistes et imprimeur, auquel, nous le savons, vous êtes très sensibles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 + dix-sept =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut