L'Alpe

L’Alpe 23 : éditorial

Réalisé en collaboration avec le quotidien helvétique Le Temps, alter ego du Monde en Suisse romande, ce numéro de L’Alpe exclusivement consacré à la Via Alpina a une saveur particulière. Si nous nous sommes attachés, une fois n’est pas coutume, à un itinéraire de randonnée, c’est que celui-ci porte en lui le symbole de tout ce qui anime l’équipe de votre revue : caractère transfrontalier, ouverture sur le monde et attention portée aux cultures et aux patrimoines de l’Europe alpine.

Ce fil rouge relie Monaco à Trieste, la Méditerranée à l’Adriatique, en sillonnant, loin des sentiers battus, les moindres petites vallées des huit pays alpins : Allemagne, Autriche, France, Italie, Liechtenstein, Monaco, Slovénie et Suisse. Avant de s’adresser aux sportifs et aux amoureux de la nature, il représente ainsi un formidable pont entre ceux qui l’arpentent et ceux qui habitent à proximité. Convaincus de ces qualités lors de la présentation de la Via Alpina par ses créateurs, nous avions, dès l’été 2000, publié en forme de prolégomènes, le grand voyage alpin d’une jeune randonneuse, Nathalie Morelle, devenue aujourd’hui coordonnatrice du projet à l’échelle européenne.

Lors, nous ne pouvions qu’être séduits par l’idée de Jean-Marc Béguin, rédacteur en chef adjoint du Temps : envoyer huit équipes de deux journalistes sur huit tronçons de l’itinéraire et faire paraître, au quotidien, durant tout l’été 2002, le récit de leur longue marche. Soit quarante-cinq étapes et autant de rencontres qui se trouvent ici réunies en huit chapitres géographiquement cohérents complétés par d’autres approches ainsi que par une iconographie historique et contemporaine comme nous l’aimons à L’Alpe. On en retiendra l’extraordinaire diversité des sites traversés mais aussi et surtout la richesse de seize regards radicalement différents, radicalement personnels, portés sur les paysages et sur les hommes et les femmes rencontrés au fil de la balade. Puissent ces carnets de route vous inciter à partir vous aussi à la découverte des mondes alpins.

Pascal Kober

(pour toute question plus personnelle nécessitant une réponse de la rédaction, merci de cliquer plutôt sur le lien "Contacts" situé dans le bandeau bleu en haut de page).