L'Alpe

L’Alpe 45 : Éditorial

Belle invitation au voyage que le sujet de ce dossier. N’y a-t-il pas quelque chose de magique dans le petit train qui grimpe à flanc de montagne ? Un pur plaisir qui ramène à l’enfance, à l’univers fascinant des modèles réduits  ? Comment ne pas imaginer l’émerveillement des touristes de la Belle Époque, transportés, à tous les sens du terme, vers les sommets par ces drôles d’engins capables de gravir les pentes grâce au rail ? Si la traversée des Alpes par le « cheval de fer » fut une grandiose épopée (voir les numéros 2 et 29 de L’Alpe), l’invention de la crémaillère, l’équipement des belvédères alpins puis l’irrigation des vallées par de petites lignes ferroviaires émaillées d’époustouflants ouvrages d’art est une aventure, technique et humaine, qui mérite d’être contée.

Comme mérite d’être posée la question de l’utilisation actuelle de ces lignes de vie, de leur survie et même de leur développement potentiel en territoire de montagne. Le train comme alternative à l’automobile ? Une préoccupation qui se situe au cœur de l’enquête de ce numéro. Dans ce domaine, la Suisse s’est forgée une belle réputation, en développant un réseau performant et une tradition de service, tant pour ses habitants que pour les touristes qui en sont, aujourd’hui encore, le moteur. À l’évidence, ce pays possède une véritable culture ferroviaire. Et le sens de sa mise en scène. En témoignent l’implantation de gares-chalets sur certaines lignes, notamment en Gruyère  ou encore la forte présence des affiches publicitaires helvétiques dans notre portfolio. 

Une incitation à retrouver le chemin du train pour s’offrir le plaisir de déguster le paysage avec gourmandise sur l’un des itinéraires proposés dans notre nouvelle rubrique pratique. En feuilletant l’un des ouvrages de l’écrivain Maurice Chappaz ou en rêvant que, dans le compartiment voisin, Sherlock Holmes est lui aussi en route pour l’Oberland bernois et les chutes du Reichenbach qui lui seront fatales…

Dominique Vulliamy
Rédactrice en chef adjointe

(pour toute question plus personnelle nécessitant une réponse de la rédaction, merci de cliquer plutôt sur le lien "Contacts" situé dans le bandeau bleu en haut de page).