L'Alpe

L’Alpe 41 : Ô lacs !

Feuilleter le numéro 41 de L’Alpe

(cliquez sur les flêches)


D’une rive à l’autre

Au mitan du Léman, vaguelettes helvètes et françaises clapotent gaiement de concert… Ces eaux qui se mêlent en franchissant une invisible frontière ne symbolisent-elles pas la rencontre des différences et la richesse de leurs échanges ? Face au sublime panorama lacustre qui sépare et unit les deux pays, un écrivain médite sur l’essence et les sens de nos paysages culturels.

La (bonne) fée des eaux alpines

La truite des lacs et des rivières est appréciée depuis fort longtemps pour la finesse de sa chair. Avec les premiers touristes, elle se pare en outre de toutes les vertus alpestres. Aujourd’hui encore, c’est la saveur des hauteurs que l’on déguste en mangeant une truite fraîche de montagne… quelque soit sa provenance. Mais qu’importe l’espèce pourvu qu’on ait le goût de l’alpe !
Les bonnes adresses du cybercolporteur


Rameurs des cimes

Amener la mer à la montagne… Un mirage qui fit rêver le Club alpin français et le Club nautique de Nice, complices en 1911 d’une étonnante entreprise de promotion touristique dans les Alpes-Maritimes autour d’un sport alpestre inédit : une course d’aviron sur le lac d’altitude de Rabuons !

Les feux du lac

Des balises colorées signalent les jetées, les havres et les dangers du Léman. Somptueux phares publics et vieux fanaux privés clignotent depuis des décennies, menant à bon port les marins d’un océan de poche non dénué d’écueils et de colères. Au fil de ses navigations, Gilles Favez a dressé l’inventaire photographique de ces monuments méconnus, fidèles sentinelles du lac.

Trafics aquatiques

La contrebande lacustre entre le canton suisse du Tessin et l’Italie est un aspect original d’une pratique locale séculaire. Face à la vigilance des douaniers, les contrebandiers ont toujours fait preuve d’une grande ingéniosité. C’est ainsi que de drôles d’embarcations se livraient à un habile jeu du chat et de la souris sur et… sous les flots !

Portfolio : rions un peu !

Plonk et Replonk, une appellation d’origine non contrôlée pour une fabrique d’humour sur les hauteurs du Jura suisse. De « l’art temporain qui fait rire » en détournant les clichés (aux deux sens du terme) dans de joyeux photomontages mêlant l’absurde à la dérision. Le musée du Léman, à Nyon (Vaud), leur a ouvert ses archives et se prête à leur jeu le temps d’une exposition. L’occasion de découvrir les « mondes parallèles et perpendiculaires » de deux créateurs iconoclastes !

Ondes en résonance

Olivier Messiaen, dont on célèbre cette année le centenaire de la naissance, a composé l’essentiel de son œuvre dans le calme de sa maison de Petichet, au bord du lac de Laffrey, en Matheysine (Isère). Une œuvre largement inspirée par les paysages du Dauphiné, les oiseaux, mais aussi par la musique et les couleurs de l’eau.
Les bonnes adresses du cybercolporteur


Marins (alpins) d’eau douce

N’en déplaise aux moqueurs, la Suisse possède une véritable force navale… Rien d’étonnant à cela au vu des grands fleuves et lacs qui bordent ses frontières ou constituent, au cœur du pays, des voies de passage et d’invasion. Depuis la seconde guerre mondiale, une unité militaire pourvue de vedettes de combat sillonne les eaux helvétiques, veillant à la sécurité des frontières nationales.


O lago mio !

Sur les lacs italiens, la pêche est une activité traditionnelle, bien que le nombre des professionnels soit en constante diminution. Ceux qui pratiquent encore ont dû s’adapter aux modifications de l’environnement et de la demande. Loin des foules, ces hommes de l’ombre (et de l’onde…) mènent une vie à part, perpétuant un savoir-faire ancestral et une véritable culture lacustre.

Pas sexy, la montagne ?

Désamour des jeunes pour les pratiques alpines, concurrence d’autres destinations, chiffres de fréquentation en baisse… La montagne ne ferait-elle plus rêver ? Alors que l’âge d’or des stations semble révolu, le problème se pose : comment donner aux jeunes générations les clés de cet univers qu’elles délaissent ? Une question cruciale pour l’avenir du tourisme dans les Alpes.


Premiers bergers des Alpes

Il y a 7 500 ans, des troupeaux de moutons, de chèvres et de vaches fraîchement domestiqués découvraient avec délice la bonne herbe des alpages… La révolution culturelle néolithique transforme les chasseurs-cueilleurs en pasteurs-cultivateurs et signe la prise en main de la nature par l’homme, façonnant durablement nos sociétés. À la lumière des plus récentes recherches archéologiques, une exposition du Musée dauphinois se penche sur les premiers pas de la civilisation pastorale alpine, entre préhistoire et Antiquité.


Au fil du bois

La Gruyère, célèbre pour son fromage, est aussi le pays du bois. Au XIXe siècle, les forêts de cette région du canton de Fribourg font l’objet d’un commerce florissant. Mises en coupe réglée, elles sont expédiées par flottage en Suisse et jusqu’en France, non sans provoquer des dommages collatéraux. À la fin du siècle, le chemin de fer tarit cette exploitation massive, ouvrant de nouvelles perspectives à un secteur majeur de l’économie locale.

(pour toute question plus personnelle nécessitant une réponse de la rédaction, merci de cliquer plutôt sur le lien "Contacts" situé dans le bandeau bleu en haut de page).