L'Alpe

L’Alpe 05 : vins, vignes et vignerons

Blancs sur blanc

Vin alpin rime avec mutin, badin, taquin… Frais, légers et blancs comme neige, les crus de l’alpe savent pourtant aussi, à l’instar des vieux montagnards, l’art de la patience. Pas à pas, on découvre les arômes insolites de cépages rares et les subtiles mélodies de productions limitées. Pour une réhabilitation des vins alpins…

C’était une horrible piquette…

Le jus de la treille a fait couler des flots d’encre. Au siècle dernier, écrits de voyageurs et témoignages de notables locaux font la part belle aux nourritures terrestres des Alpes et à ses breuvages. Les vins alpins ne laissent aucun gosier indifférent, que ce soit pour le pire, mais aussi parfois, pour le meilleur…

Saint-Antoine soigne ses frères malades avec un verre de vin, en dérogation à la stricte règle monastique. Peinture murale du XVe siècle, chapelle Saint-Antoine-de-Clans;, Alpes-Maritimes. Photo : Michel Graniou.

Terroirs et cépages autour du toit de l’Europe

Le Mont-Blanc, sous ses 4 808 mètres d’altitude, recèle quelques trésors de vignobles que Maurice Messiez a amoureusement parcouru au pas lent du flâneur et avec la sagacité du savant. Portrait en triptyque de vins étonnants qui se partagent entre la France, l’Italie et la Suisse.

De chaque côté de la vallée du Rhône, les Valaisans ont patiemment sculpté, au fil des générations, les versants les mieux exposés. Ces amphithéâtres aux multiples gradins sont encore divisés en nombreux parchets familiaux que continuent à cultiver amoureusement les « vignerons du samedi ». Photo : Heinz Preisig.

Pour le salut de l’Empereur

L’allobrogica, ce vin dont Plutarque écrivait qu’il était « apprécié des Romains » pourrait-il être l’ancêtre de la mondeuse qui fait aujourd’hui les beaux jours des soirées-raclettes dans les stations de sports d’hiver ?

Promenade vaudoise

Cheminer à la manière des anciens voyageurs, besace à l’épaule et bâton en main, reste sans doute le meilleur moyen de goûter un terroir. Surtout lorsque celui-ci, planté de vignes, invite à déguster les vins du pays… Vagabondage en terre de Vaud, sur les sentiers des crus locaux.

Le lac Léman. Oscar Kokoschka, 1957 (détail, huile sur toile, fondation Kokoschka, musée Jenisch, Vevey). Venu pour la première fois en suisse en 1909 avec l’architecte Adolf Loos, le peintre autrichien devait y retourner à de nombreuses reprises. Fasciné par le Léman, il finit par se fixer à Villeneuve, près de Vevey, en 1953, où il vécut jusqu’à sa mort en 1980.

Sur un arbre perché

Au bord du Léman, la vigne poussait autrefois sur des arbres ! Des châtaigniers abattus, déplacés, écorcés puis replantés pour dessiner un étonnant paysage. Le vin des crosses d’Évian, lui, était censé participer au rétablissement des malades au moins autant que l’eau du même tonneau…

Le petit vin de Prébois

Sous les claires lumières des vendanges de Prébois, on pressent les ombres de l’hiver et de la mort. Ce texte, intitulé à l’origine « Notre vin », fait partie d’un recueil de nouvelles écrites par Jean Giono en 1948 à Lalley où il séjournait régulièrement. Les paysages et les habitants du Trièves ont inspiré quelques romans et cette série de textes que l’écrivain avait pensé regrouper sous le nom de La chose naturelle, ou rien dans les mains.

Photo : Oswald Ruppen

Nectars du Sud

Les rois en buvaient, de ces vins secrets et voluptueux de l’alpe maritime. Nichés dans les tumultueux replis de l’arrière-pays niçois, de petits vignobles continuent à produire des crus locaux relativement confidentiels. Bellet, villars et quelques autres sont d’authentiques breuvages alpins magnifiés par les senteurs d’une Méditerranée proche. À découvrir sans réserve.

Les miraculés du Val d’Aoste

Escaladant les pentes par des terrasses escarpées, courant sur des pergolas aux piliers de pierre, s’échevelant autour des châteaux, la vigne fait partie du paysage valdôtain depuis l’antiquité. Et l’on boit avec bonheur les nombreux vins de cette vallée bénie des dieux en dégustant les riches spécialités locales. Une qualité et une variété qui sont le fruit d’un gros travail, mené conjointement par les institutions régionales et des petits viticulteurs passionnés.

Photo : Stefano Torrione

Délicatesses orientales

L’Autriche, pays de montagne, est surtout connue pour ses vins de plaine… Pourtant, de petits joyaux restent à découvrir à l’extrémité orientale de la chaîne alpine, là où les pics acérés se transforment progressivement en douces collines.

Question de degrés

Alcool, pente ou cotation d’escalade ? En Valteline, les vignes partent à l’assaut d’une montagne abrupte et s’agrippent à la moindre vire. Un archétype de viticulture alpine qui s’étire au nord du lac de Côme et produit des vins de qualité dans le respect d’une tradition qui s’accorde mal avec le goût unique.

Les croisés se sont arrêtés à Jeruzalem

Le vin y était bon ; cette terre des confins de l’alpe slovène fut donc déclarée promise. Il faut dire qu’ici, la tradition viticole ne doit rien aux Romains et que les vins y ont du caractère. Panorama.

Valais : les vignerons du samedi

Forains, nomades… Ainsi nommait-on ces montagnards valaisans qui descendaient de l’alpe pour cultiver des lopins de vignes sur les basses pentes de la vallée du Rhône. Une vie rude, toute de déplacements, et bien des heures d’effort pour le simple plaisir de boire un verre de ce précieux liquide entre amis. Ces vignerons amateurs ont imprimé leur marque sur les versants de la vallée et surtout modelé les mentalités par leur attachement atavique à cette (viti)culture.

Photo : Oswald Ruppen

Musées viticoles

En contrepoint d’une fugue dans les pampres alpins, après un tour dans les vignobles et les caves, une plongée dans l’histoire et les traditions permet de mieux suivre le fil d’une culture antique toujours vivante. En pays de montagne, plusieurs musées sont dédiés à la viticulture. Petite balade dans ces lieux placés sous le thyrse de Dionysos.

Les avatars d’un cépage alpin

Le vin jaune fait rêver bien des amateurs. Ce nectar du Jura au goût unique doit beaucoup à un mode de vinification très particulier mais aussi à un cépage, le savagnin, dont les proches cousins peuplent les pentes des Alpes valaisannes et de la Haute-Savoie. Un cépage peut-il être d’ici et d’ailleurs ? Claude Royer lève le voile sur un mystère de l’ethnologie vitivinicole.

Les vignerons gardiens du paysage ?

Quel avenir pour la viticulture alpine ? Mario Fregoni milite pour un système qui privilégierait l’homme, le paysage, le patrimoine et une production de qualité au détriment de la rentabilité immédiate. Reste une inconnue : qui va payer ?

ET ENCORE…

Portfolio : la Terre est une artiste

De formidables mouvements bouleversent chaque jour le coeur de notre planète. Mais le temps géologique n’est pas le temps des hommes et les quelques spectaculaires manifestations de puissance auxquelles nous pouvons assister au cours d’une vie ne sont rien au regard de ce que la Terre a pu créer depuis plusieurs milliards d’années. Le photographe Bernhard Edmaier a voulu rendre hommage à l’artiste en partant à la recherche de cette terra encore souvent incognita.

Alpes d’ailleurs : pour que la vie continue…

Le patrimoine des montagnards marocains était, jusqu’à il y a peu, conservé dans ces étonnants greniers en forme de citadelles dont les silhouettes hiératiques parsèment les sommets de l’Atlas. Visite guidée.

Quand l’homme commandait aux astres

La porte, dans le sud marocain, fait l’objet de soins particuliers. Qu’elle ouvre sur la maison ou sur la cellule du grenier, elle est révélatrice de la richesse et de la noblesse d’âme du propriétaire mais aussi des forces qu’il invoque pour protéger son bien, les siens et son avoir.

Présentées pour la première fois en France grâce à l’autorisation du ministère des Affaires culturelles du royaume du Maroc (direction du Patrimoine culturel) et du Commissariat général du « Temps du Maroc en France », ces portes de greniers et de kasbahs du sud du Maroc appartiennent aux collections du musée Dar Si Saïd de Marrakech (conservateur : Hassan Belarabi). Photos : Yves Bobin, Musée dauphinois.

Sidi Moussa : une architecture de lumière

Ermitage et tombeau du gardien des âmes (et des biens) des montagnards de la vallée des Aït Bouwgmmaz, le grenier-sanctuaire de cette petite région du Haut-Atlas marocain, témoigne d’un étonnant savoir-faire architectural mais aussi d’une culture hélas en voie de disparition.

La montagne trans-figurée

L’image des sommets dans l’iconographie byzantine obéit à des canons immuables qui laissent pourtant une certaine marge de liberté à l’artiste. Des plaines russes aux falaises du Vercors, itinéraire initiatique en terre orthodoxe. Bulle de rêve, la villégiature est une rupture lumineuse dans la grisaille du quotidien. Aspiration de tout homme, privilège de certains, elle est de toujours et de partout. Pour goûter cet éphémère plaisir d’un ailleurs hors du temps, pour loger cette vacance de l’être, il faut planter le décor, un lieu qui se prête au jeu, à la fête et à la fantaisie. Villa, palace ou chalet, le flacon importe, qui doit procurer l’ivresse…

Peintre réputé d’icônes, Yaroslav Dobrynine a peint les nombreuses fresques murales du monastère Saint-Antoine-le-Grand à Saint-Laurent-en-Royans (Drôme). Photo : Fabian da Costa.

(pour toute question plus personnelle nécessitant une réponse de la rédaction, merci de cliquer plutôt sur le lien "Contacts" situé dans le bandeau bleu en haut de page).