L'Alpe

L’Alpe 40 : des usines et des hommes

Feuilleter le numéro 40 de L’Alpe

(cliquez sur les flêches)


L’art d’accommoder les friches (Article en texte intégral)

Héritage oublié, le patrimoine industriel peine à se faire une place dans le paysage culturel alpin. Si les bâtiments désaffectés commencent à susciter l’intérêt du public et des acteurs locaux, une véritable politique de réhabilitation reste à inventer, en étroite corrélation avec la mémoire ouvrière qui s’y attache. Car les usines et leurs hommes sont une composante essentielle de l’histoire des pays de montagne. Par Jean Guibal.
Les bonnes adresses du cybercolporteur

Ces étranges objets du dédain

Témoins décriés, les vestiges industriels ne sont guère valorisés en Valais. On rase des usines mais on restaure des fours à pain. Dans ce canton suisse qui a toujours considéré l’industrie comme un corps étranger, l’intérêt pour le monde rural l’emporte sur la mémoire ouvrière. Mais aussi sur la culture contemporaine, qui investit pourtant peu à peu une poignée d’édifices réhabilités. Non sans peine dans ce paysage immuable de carte postale. Par Gabriel Bender.

Tissage sous tutelle

Des usines-pensionnats alliant l’internat à l’atelier abritent de nombreuses ouvrières du textile à la fin du XIXe siècle en Rhône-Alpes. Sous la férule de religieuses, les jeunes filles travaillent et vivent dans des conditions très dures, soumises à une stricte discipline censée protéger leur moralité. Une oppression patronale et religieuse dénoncée par les tenants d’une société laïque et républicaine au début du siècle suivant. Par Andrée Gautier.

Quartier nègre

L’usine, du berceau à la tombe… L’usine dont on vit et dont on meurt. L’usine à l’ombre de laquelle on travaille, on aime, on s’amuse ou on fait la grève. Une grande famille avec ses peines, ses soucis et ses joies, un creuset d’hommes, de destins et de nationalités. Où les enfants d’ouvriers apprennent la vie en jouant au foot dans les scories des fours. C’était à l’usine de Petit-Cœur, en Tarentaise (Savoie), dans les décennies d’après-guerre. C’était il n’y a pas longtemps. C’était dans un autre temps… Par Michel Étiévent.

Tout doit disparaître…

En Maurienne, l’usine Matussière et Forest a dû être détruite après quelque cent cinquante ans d’existence. Non par volonté délibérée de gommer le passé industriel de Fourneaux, mais pour des raisons environnementales. Seules les archives et d’ultimes photographies des bâtiments désaffectés conservent le souvenir de cette aventure papetière. Par François Chemin.


Portfolio :être (au travail) ou ne pas être ?

Face à face, ouvriers d’hier et chômeurs d’aujourd’hui : par leur confrontation dans ces pages s’esquisse un siècle de mutations dans le monde du travail en Isère. Entre les dures conditions de l’ère industrielle et la précarité de notre univers ultralibéral, s’exprime un même combat. Et une mémoire vivante à préserver, partie prenante d’une politique culturelle et patrimoniale concrétisée par des expositions, des publications et le projet d’un musée consacré à la mémoire ouvrière. Par Claude Bertrand. .
Portfolio à feuilleter en ligne

Le chrétien et le marxiste

Communauté de travail fondée sur des valeurs utopistes, usine à rêves unique en son genre, l’entreprise Boimondau représente l’une des aventures industrielles et sociales les plus singulières du siècle dernier. En trente années d’existence, de 1941 à 1972, cette fabrique de boîtiers de montres aura connu une renommée surprenante sous la houlette de deux personnages atypiques. Par Yves Nicolas

L’envers du béton

Matériaux plastiques et robustes, se prêtant à de multiples utilisations, le ciment puis le béton ont connu de belles heures dans les Alpes, tant pour les procédés de fabrication que pour les utilisations. Si de nombreux édifices bénéficient désormais d’une reconnaissance patrimoniale, il n’en va pourtant pas de même pour les sites de production… Par Anne Cayol-Gerin.
Les bonnes adresses du cybercolporteur

Une industrie volatile ?

Né d’une délocalisation de l’horlogerie suisse, le décolletage de la vallée de l’Arve, en Haute-Savoie, est le premier du monde. En trois cents ans, cette activité fortement familiale a engendré une véritable atmosphère industrielle autour des savoir-faire locaux. Un patrimoine immatériel original et vivant, aujourd’hui menacé par les fonds d’investissement et les délocalisations. Mais le décolletage est-il soluble dans la mondialisation ?… Par Pierre Judet.
Les bonnes adresses du cybercolporteur

Paroles de mineurs

En 1997, les Houillères du Dauphiné cessaient leur activité. Un passionné de la culture minière est allé à la rencontre d’anciens mineurs et acteurs de cet univers. Dans un ouvrage paru en 2007, il rassemble des témoignages vivants sur la vie et la société de ce plateau matheysin voué au charbon, qui a connu une reconversion difficile et dont la mémoire reste douloureuse. Par Bernard Biais.

Alpes d’ailleurs : mines de riens

Monts chauves et sombres pyramides dominent les corons, tout là-haut, vers le plat pays. Nés des profondeurs de la terre, les terrils abandonnés s’érodent sous le ciel ou les pelles mécaniques. Envahies d’herbes folles, ces Alpes du Nord de crassier et de sueur portent la mémoire de générations de mineurs. Faut-il les recycler ou les araser ? Un photographe et un poète ont arpenté de concert ces sommets du passé, entre permanence et mutation. Par Lucien Suel.

Et encore…

Visions alpestres

Le pittoresque des paysages alpins attire les artistes dès le XVIIIe siècle. Emboîtant le pas aux premiers voyageurs, ils découvrent des scènes propices à une diversité d’expressions picturales. Aquarelles, gravures, estampes, aquatintes ou lithographies contribuent à diffuser l’image de la montagne et de ses habitants. Cette profusion d’illustrations a fait le bonheur des touristes… et des collectionneurs. Comme Léo Garin et Jean Blanchard, qui proposent un Voyage au coeur des Alpes issu de leurs fonds et récemment paru aux éditions Glénat. Extrait. Par Marie Radice.

Tell père, tels fils…

Héros légendaire, Guillaume Tell est au cœur du mythe fondateur de la Confédération helvétique. Cette figure symbole de liberté et d’identité nationale connaît une incroyable postérité. Le personnage et son histoire se sont déclinés sous une multitude de formes jusqu’à nos jours, notamment au travers de l’affiche comme le montre une exposition présentée à la bibliothèque nationale suisse de Berne. Par Dominique Vulliamy.

(pour toute question plus personnelle nécessitant une réponse de la rédaction, merci de cliquer plutôt sur le lien "Contacts" situé dans le bandeau bleu en haut de page).