L'Alpe

L’Alpe 67 : Au bout du fil, le câble à l’assaut de la pente

Feuilleter le numéro 67 de L’Alpe

(cliquez sur les flêches)


Nous sommes tous Charlie

Parmi les douze personnes assassinées ce mercredi 7 janvier 2015 à la rédaction de Charlie Hebdo, quatre auteurs proches des éditions Glénat (qui publient notre revue, L’Alpe), sont morts parce qu’ils défendaient leurs idées, leur vision du monde, leur bonheur de toujours dessiner notre vie quotidienne. Lâchement exécutés dans leurs bureaux parisiens par des individus lourdement armés, ils sont morts au champ d’honneur de la liberté de la presse. Toutes les équipes des éditions Glénat, choquées par l’annonce de la disparition de leurs amis, font part de leur solidarité avec l’ensemble des journalistes, dessinateurs de presse et auteurs, qu’elles côtoient tous les jours dans leur travail et qui se sentent aujourd’hui aussi menacés. La maison d’édition Glénat s’associe à la douleur des familles et des proches des nombreuses victimes, dont les policiers qui les protégeaient. Jacques Glénat, qui débuta comme garçon de courses à Charlie Hebdo, pleure ses maîtres Wolinski et Cabu et leurs jeunes disciples Tignous et Charb.

Les éditions Glénat

* *
*

Extrait de l’éditorial paru dans le numéro 54 de L’Alpe (automne 2011 : Résistances ; Aux Alpes, citoyens !) : L’Alpe veut aider à faire en sorte que notre monde se construise non sur le fanatisme mais sur la culture, la tolérance et la curiosité. Choisir l’échelle des Alpes, certes, mais en restant à l’écoute des murmures de la planète. (…) Notre revue continue, à sa modeste mesure, de privilégier le sens et la connaissance. (…) N’oublions pas la belle formule d’anciens résistants : « résister, c’est créer ; créer, c’est résister ». À L’Alpe, nous avons choisi notre camp. Celui de la résistance à la passivité.

Pascal Kober
Rédacteur en chef

* *
*

« Pire que le bruit des bottes, le silence des pantoufles »

Max Frisch

* *
*

Le dossier

De fil(s) en aiguille(s)

Dans les Alpes, le câble est parti à l’assaut de la pente à la fin du XIXe siècle. Pas pour le loisir mais bien pour l’industrie. L’histoire du transport par câble démarre pourtant dès le Moyen Âge en Europe et bien avant encore, en Asie. Une étonnante saga des inventions qui, depuis l’usage de la liane jusqu’au désengorgement des grandes villes, illustre le génie de l’homme pour s’affranchir de l’effort. Par Pierre-Louis Roy, auteur spécialisé dans l’histoire du développement du tourisme dans les Alpes.

lalpe-67-05Les acrobates du câble forestier

Pionniers du débardage en montagne, les bûcherons des Alpes italiennes mettent en œuvre de nouvelles techniques au XIXe siècle. Avec des téléphériques d’apparence rustique mais d’un maniement pourtant très complexe, ils iront exercer leur savoir-faire dans toutes les forêts alpines. Transmis au fil du temps, ce système connaît aujourd’hui un renouveau. Par Nicolas Abry, docteur en anthropologie sociale et ethnologie, et Philippe Hanus, docteur en histoire, chercheur associé au laboratoire de recherches historiques Rhône-Alpes.

Belles feuilles

Avec les araignées du ciel

À Chamonix, la technologie se lance à l’assaut des sommets dès 1945. Avec d’importantes remontées mécaniques dont celle de l’aiguille du Midi, qui devient alors la plus haute du monde. Un bouillonnant développement touristique scruté par le journaliste Philippe Gaussot. Ses reportages et ses photographies, qui peignent «  l’envol et la vie de la vallée entre 1944 et 1959  », font l’objet d’un beau livre dont voici un extrait.

lalpe-67-06Poma : des Alpes jusqu’aux Amériques

Née dans la montagne et pour les sports d’hiver, l’entreprise iséroise est devenue un des leaders mondiaux du transport par câble. Depuis le premier téléski bricolé par Jean Pomagalski en 1936 sur les pentes de l’Oisans, elle n’a cessé de réinventer ses métiers pour appliquer aujourd’hui ce savoir-faire alpin à des créneaux… porteurs (!) pour le moins inattendus. Tour du monde… Par Jean-Michel Asselin, voyageur, alpiniste et écrivain.

Ces drôles de machines échappées des montagnes

Survoler rues et fleuves, immeubles et embouteillages… Une utopie devenue réalité dans de nombreuses villes grâce aux téléphériques. Longtemps lié au tourisme et à la montagne, le transport par câble apporte aujourd’hui une bulle d’air dans le réseau des transports urbains. Par Jean-Robert Mazaud, architecte-urbaniste, directeur de la Société d’étude et d’ingénierie des nouvelles éco-mobilités.

Portfolio

Cet obscur objet du désir

Câbles, pylônes et poulies. Un mal nécessaire ou une nouvelle poétique de la montagne ? Pour Zir, une évidence : les remontées mécaniques possèdent une beauté cachée dont le photographe dévoile les mystères dans sa série Cable Mountains. Angles inattendus, perspectives abstraites et lumières surnaturelles composent un étrange poème métallique en hommage au transport par câble… Par Dominique Vulliamy, rédactrice en chef adjointe de L’Alpe.

lalpe-67-09Pratique

Les plus beaux téléphériques des Alpes

L’Alpe a choisi de vous présenter ici une sélection, dans les six grands pays alpins, de transports par câble emblématiques, pour leur intérêt historique, leur originalité ou encore la beauté du site. Parmi les nombreuses remontées mécaniques qui ont envahi la montagne depuis la seconde partie du XIXe siècle parallèlement à l’essor du tourisme, voici donc quelques suggestions pour d’agréables, voire décoiffantes, balades aériennes. Un complément ludique à ce dossier câblé ! Par Caroline Audibert, journaliste.

& aussi

lalpe-67-11Portrait

Giuseppe Penone

Né dans les Alpes, cet artiste majeur est accueilli à Grenoble pour sa première grande exposition dans un musée français après la rétrospective que lui avait consacré le Centre Pompidou il y a dix ans. L’occasion d’aller rencontrer chez lui, en ses terres, une personnalité forte et attachante de l’art contemporain. Par Pascal Kober, rédacteur en chef de L’Alpe.

Entretien

Giuseppe Penone : «  L’homme est nature »

L’artiste italien a-t-il développé un lien d’intimité avec les Alpes où il est né ? Au cours de cet entretien exclusif qu’il nous a accordé en septembre dernier dans son atelier au cœur de Turin, Giuseppe Penone évoque sa relation à la nature et à son petit village de montagne, entouré de forêts, aux confins du Piémont et de la Ligurie. Par Pascal Kober, rédacteur en chef de L’Alpe.

lalpe-67-13Les Neigeries de Nougaro

Son hiver, il ne le passait pas au ski ! Pourtant, dans l’œuvre du chanteur disparu il y a dix ans, les flocons immaculés virevoltent partout. Des neiges pas toujours alpines que le poète fait rimer avec enfance, virginité, désir, pureté, amour ou renouveau. Mots blanc émouvants. Par Laurent Balandras, éditeur musical et auteur de nombreux livres sur la chanson.

Exposition

Caspar Wolf : à la conquête esthétique de la nature alpestre

Regard novateur que celui de ce peintre suisse qui, au cours du XVIIIe siècle, va arpenter les Alpes pour croquer ses paysages de haute montagne sur le terrain. Avec ses Vues remarquables, Caspar Wolf s’affirme comme un précurseur de la sensibilité romantique. Une importante exposition au musée des Beaux-Arts de Bâle retrace aujourd’hui ce parcours artistique pionnier. Par Katharina Georgi, conservatrice au département des maîtres anciens du musée des Beaux-Arts (Kunstmuseum) de Bâle.

lalpe-67-15Inventer L’Alpe et prendre le large

En 1998, naissait L’Alpe. Une revue OVNI dans le monde de la presse pour laquelle il nous a alors fallu tout imaginer : forme, fond, outils, méthodes et surtout équipes. Dominique Vulliamy en a été la secrétaire de rédaction avant de devenir rédactrice en chef adjointe. Elle prend aujourd’hui le large pour une retraite dont nous savons qu’elle sera très active. Retour sur expérience… Par Jean Guibal et Pascal Kober, directeur éditorial et rédacteur en chef de L’Alpe.

Les actus de L’Alpe

lalpe-67-17Rencontres, livres, expositions, forum

Toute l’actualité culturelle de l’Europe alpine, de Nice à Vienne et de Genève à Ljubljana  : rencontres, beaux livres, colloques, musées, expositions, gastronomie, cinéma, courrier des lecteurs, etc. Ces pages fourmillent de nouvelles   !

(pour toute question plus personnelle nécessitant une réponse de la rédaction, merci de cliquer plutôt sur le lien "Contacts" situé dans le bandeau bleu en haut de page).