L'Alpe

L’Alpe 62 : Le bois dans tous ses états

Feuilleter le numéro 62 de L’Alpe

(cliquez sur les flêches)


Éditorial

lalpe-62-02Une branche d’arbre, un bon couteau ; il n’en faut pas plus pour que, là-haut sur l’alpage, le berger taille un manche d’outil, ébauche une figurine. Arole, épicéa, mélèze, pin, bouleau, hêtre, châtaignier… le bois est un matériau omniprésent en pays de montagne. Et privilégié par les montagnards. Pour se chauffer, construire des granges et des chalets, fabriquer les meubles et les objets du quotidien qu’ils sculptent, gravent et ornent avec amour pendant les longs mois d’hiver. Des objets qui manifestent un étonnant sens esthétique, qu’il s’agisse d’un coffre, d’une armoire, d’une boîte à sel ou d’un simple rabot.

Aujourd’hui, ils font la fierté de nombreux musées et surtout inspirent les nouveaux artisans alpins, qui déclinent à l’envi ce patrimoine, l’interprètent avec une belle créativité ou le réinventent avec une joyeuse liberté. Il en va de même en architecture où le bois redevient un matériau de choix. Local, résistant, renouvelable, écologique et apprécié pour ses capacités thermiques, il se prête aux créations les plus contemporaines, depuis le Vorarlberg jusqu’en Savoie en passant par les Grisons. Renouant avec une longue tradition forestière, la filière bois connaît ainsi un renouveau dans les Alpes. Au point que le massif de Chartreuse a lancé une démarche pour l’obtention d’une appellation d’origine contrôlée pour son bois, une première dans ce domaine !

Mais, diront certains, une intensification de l’exploitation ne risque-t-elle pas de porter atteinte à nos forêts ? Certes, sous l’Ancien Régime, les pentes ont été fortement dénudées. Outre les usages locaux, l’industrie naissante réclamaient des tonnes de charbon de bois et la marine toujours plus de troncs d’arbres, qui dévalaient alors les rivières sous forme d’immenses radeaux. Une déforestation qui poussa l’État à mettre en œuvre au XIXe siècle la Restauration des terrains de montagne.

Qu’on se rassure. Depuis, la forêt a largement regagné du terrain. Voire trop parfois. Il est en effet essentiel de bien l’exploiter pour mieux la gérer, lui permettre de se régénérer et jouer son rôle de protection contre éboulements ou avalanches. Au point que l’on manque de main-d’œuvre puisque les bûcherons viennent désormais des pays de l’Est comme le montre le portfolio de ce numéro. Slovaques et Polonais ont remplacé les Italiens, figures emblématiques de ces étranges hommes des bois, quelque peu inquiétants… Fascinants aussi, à l’image de la forêt, lieu de vie autant que de légende, avec ses bois qui chantent, ses ogres et ses lutins. Et qu’il faut savoir écouter car «  il y a dans la forêt des bruits qui ressemblent à des paroles  » (Jean Giono).

Dominique Vulliamy
Rédactrice en chef adjointe

Le dossier de ce numéro

lalpe-62-03À qui profite la forêt ?

Depuis 15 000 ans, la forêt alpine a connu bien des vicissitudes. Pendant des siècles, les hommes ont utilisé ses ressources en déboisant les pentes. Aujourd’hui, elle revient en force. Mais cet environnement qui fait le bonheur des citadins engendre d’autres problèmes… Entre exploitation et préservation, les enjeux d’un délicat équilibre forestier. Par Andrée Corvol, directeur de recherche CNRS et présidente du Groupe d’histoire des forêts françaises.

Prolétaires de toutes les forêts…

Les bûcherons italiens des Alpes centrales et orientales ont longtemps été une main-d’œuvre de choix pour exploiter la forêt. Aujourd’hui remplacés par des ouvriers marocains, tchèques ou polonais, ils exercent un métier pénible dans des conditions souvent précaires. Par Philippe Hanus, docteur en histoire, chercheur associé au laboratoire de recherches historiques Rhône-Alpes.

Étranges hommes des bois

Figures en marge, aussi inquiétantes que fascinantes, les charbonniers et les bûcherons représentent une altérité forestière qui intrigue et dérange. En témoigne l’image qu’en donnent les récits. Entre pittoresque, misérabilisme et idéalisation. Par Philippe Hanus, docteur en histoire, chercheur associé au laboratoire de recherches historiques Rhône-Alpes.

lalpe-62-06Portfolio : œuvriers des cimes (d’arbres)

Tchèques, Slovaques, l’hiver dernier, des bûcherons sont venus de l’Est pour un chantier de coupe sur les pentes du Vercors. Intrigué par leur métier, Emmanuel Breteau, photographe dans le Trièves les a suivis. Une belle rencontre et un témoignage, poignant, sous l’œil du mont Aiguille et la neige d’une saison précoce.

Des radeaux qui médusent !

Les navigateurs des montagnes ont écumé les cours d’eau des Alpes pendant des siècles. Chevauchant leurs grands radeaux faits de troncs d’arbres, ils domptaient les rivières pour acheminer des tonnes de bois vers les villes. Une activité à haut risque, réclamant une grande expérience. Histoire d’un métier forestier fort méconnu. Par Denis Furestier, accompagnateur en montagne, passionné par l’histoire de la radellerie.

lalpe-62-08Des hommes (et du bois) à la mer !

Dans les Alpes maritimes, le bois des montagnes devait descendre (non sans mal en raison d’un relief particulièrement complexe) jusqu’à la mer. Afin de fournir les chantiers navals, bien sûr, mais aussi la construction des lignes de chemin de fer ou encore les charpentiers. Une petite industrie qui a connu bien des vicissitudes… Par Jean-Loup Fontana, conservateur départemental du patrimoine au conseil général des Alpes-Maritimes.

Pratique : hommes et cultures du bois (article en texte intégral)

Des Alpes-Maritimes à la Bavière et du canton de Vaud au Trentin, toutes les bonnes adresses pour partir à la découverte des forêts alpines et des métiers du bois. Par Dominique Vulliamy, rédactrice en chef adjointe de L’Alpe.

Le pouvoir de l’imagination

La créativité des montagnards dans le travail du bois est bien connue. En témoignent les meubles et objets sculptés du Queyras ou du val d’Aoste. Mais il arrive que l’on déniche quelques petits bijoux discrets dus à des excentriques alpins. C’est le cas de Paulin Gilly, en Ubaye. Par Hélène Homps-Brousse, directrice du musée de la Vallée à Barcelonnette.

lalpe-62-10Le bois dans tous ses états

L’art de vivre des gens de l’alpe parle du bois. Depuis toujours, il a su se rendre indispensable, s’immiscer dans l’habitat, passant allègrement de l’extérieur à l’intérieur, créant des métiers de passion où les savoir-faire se perpétuent et suscitent la créativité. De l’entonnoir à saucisse à l’enceinte acoustique high tech qui fait chanter le bois, inventaire à la Prévert. Par Marie-Christine Hugonot, historienne d’art et écrivain.

& aussi

lalpe-62-12Exposition : froufrous alpins

La lingerie féminine est-elle née sur l’alpe ? Forte d’une tradition textile, la région fait figure de pionnière avec des marques comme Valisère ou Lou. Les dessous de l’Isère, une exposition du Musée dauphinois dévoile un siècle de fabrication de sous-vêtements. De filles en aiguilles, une histoire de la mode et de la femme, mais aussi une épopée sociale, ouvrière et industrielle. Par Chantal Spillemaecker, conservateur en chef au Musée dauphinois.

Alpes d’ailleurs : la controverse du Yosemite

Des bergers alpins, gardiens, à la fin du XIXe siècle, des grands troupeaux de moutons dans l’Ouest des États-Unis d’Amérique seront mêlés malgré eux à un duel écologico-politico-philosophique entre les écrivains John Muir et Mary Austin dont l’écho se fait encore entendre aujourd’hui. Par Guillaume Lebaudy, ethnologue et directeur de la maison du Berger à Champoléon.

lalpe-62-14Des barbelés sur la prairie ?

Le troupeau. Ce livre de Mary Austin (1868-1934) relate le quotidien des bergers, Alpins pour la plupart, dont l’écrivain a partagé les transhumances dans la Sierra Nevada. Passionnée par les relations de l’homme avec la nature, l’Américaine se fait l’avocate d’un mode de vie alors fortement menacé. Extrait inédit de la traduction française en cours, par Christophe Galleron et Damien Boukouya.

Les actus de L’Alpe

lalpe-62-15Rencontres, livres, expositions, forum

Toute l’actualité culturelle de l’Europe alpine, de Nice à Vienne et de Genève à Ljubljana     : rencontres, beaux livres, colloques, musées, expositions, gastronomie, cinéma, courrier des lecteurs, etc. Ces pages fourmillent de nouvelles   !

(pour toute question plus personnelle nécessitant une réponse de la rédaction, merci de cliquer plutôt sur le lien "Contacts" situé dans le bandeau bleu en haut de page).